Perspectives financières 2018

Pour 2018, Raiffeisen table sur une croissance du produit intérieur brut suisse à hauteur de 2,1% (2017: 1,0%). La reprise économique devrait donc continuer à prendre de l'élan. Les intérêts resteront probablement négatifs, quoiqu'une lente normalisation des taux soit attendue à moyen terme. Les prix de l'immobilier devraient donc se consolider à un niveau élevé, puisque la très forte activité de construction de ces dernières années a rapproché l'offre de la demande. Et ce d'autant plus que le niveau atteint par les prix, conjugué aux mesures réglementaires, pèse sur la demande. Le marché bancaire suisse devrait rester marqué encore longtemps par la pression sur les marges et l'intensification de la concurrence.

Bien que le contexte du marché demeure tendu, Raiffeisen table sur une croissance des volumes et des produits dans son activité de base en 2018, même si la Banque s'attend à une progression des prêts, des crédits et des dépôts de la clientèle légèrement inférieure à celle de 2017. Vu l'érosion continue des marges et le contexte des faibles taux, la croissance des volumes ne devrait entraîner qu'une légère hausse des produits dans les opérations d'intérêts. Il en va autrement des opérations neutres, où l'on table – grâce à des initiatives de croissance – sur une hausse des produits, à la fois dans les opérations de négoce et dans les opérations de commissions et de prestations de service. Le bénéfice 2018 du Groupe devrait être inférieur à celui de l'année record 2017 en raison des produits extraordinaires élevés réalisés (vente des participations) et du début de l'amortissement des systèmes bancaires centraux dans les Banques Raiffeisen et Notenstein La Roche Banque Privée SA.