Tendances et défis

Le marché bancaire suisse connaît, depuis plusieurs années déjà, un changement structurel important. La pression sur le marché ne cesse de croître, du fait des défis macro-économiques, mais aussi de par les attentes de la clientèle, la digitalisation accrue et les exigences réglementaires durcies. Dans le même temps, les banques se voient confrontées à une concurrence de plus en plus forte, suite à l'arrivée de nouveaux acteurs sur le marché. En effet, elles doivent tirer leur épingle du jeu dans une situation qui ne fait qu'accentuer la pression sur les coûts, en faveur d'un regroupement des marchés bancaires actuellement encore fragmentés.

Economie: le contexte conjoncturel s'éclaircit

L'économie mondiale est sur une solide trajectoire de croissance, même si des risques politiques persistent. La faiblesse du franc aidant, on observe également un renforcement progressif de la conjoncture en Suisse. Tandis que la demande de logements demeure forte au vu des faibles taux hypothécaires, les premières surcapacités se manifestent dans le secteur des objets de rapport, mais celles-ci restent sous surveillance continue. Cependant, aucun recul général des prix de l'immobilier (résidentiel) suisse n'est attendu sur le marché, dans un avenir proche. Des corrections de prix dans certaines régions ne sont, malgré tout, pas à exclure.

Dans le contexte actuel, où bon nombre d'acteurs sur le marché font notamment encore face à une situation critique en matière de placements, il convient d'octroyer les crédits avec prudence, si l'on veut que le développement des affaires soit durable. Raiffeisen continue donc d'adhérer à la politique de crédit conservatrice qui a fait ses preuves et s'en tient à des évaluations du marché prudentes. Le recul des marges dans l'activité de base encourage, par ailleurs, Raiffeisen à viabiliser de nouvelles sources de croissance et de produits.

Clients: de fortes attentes et des besoins évolutifs

De nos jours, les clients sont beaucoup mieux informés que par le passé sur les produits et les services bancaires et leurs attentes sont, de ce fait, également bien plus élevées. Aujourd'hui, il leur semble tout à fait normal de pouvoir disposer des services bancaires à toute heure et en tout lieu. La communication entre la banque et le client passe de plus en plus souvent par des canaux diversifiés et la demande de mobile banking ne cesse d'augmenter. Les banques sont obligées d'harmoniser sans cesse les canaux physiques et digitaux qu'elles proposent et de développer des approches de conseil et des concepts de distribution innovants, si elles veulent pouvoir répondre aux besoins de la clientèle avec satisfaction.

L'optimisation des canaux de distribution digitaux et physiques est la clé pour l'avenir. En tant que banque locale et digitale, Raiffeisen propose à ses clients toute une gamme d'offres en ligne, mais parallèlement, elle mise encore et toujours sur une présence physique, assurée par les Banques Raiffeisen locales.

Concurrence: une rivalité féroce sur le marché bancaire

La pression sur les marges du marché bancaire suisse va en s'accroissant. Outre le combat mené par les banques traditionnelles pour défendre leurs parts de marché, la concurrence se durcit également suite à l'arrivée d'acteurs externes à la branche sur le marché: les assurances, caisses de retraite et entreprises technologiques. Dans ce contexte, les banques traditionnelles ont bien compris que le fait de coopérer avec des FinTech ouvrait des opportunités et permettait de développer des offres innovantes, exhaustives et parfaitement axées sur les nouveaux besoins de la clientèle. Les banques se doivent donc de remanier leurs modèles d'affaires et leurs processus commerciaux et de digitaliser toute la chaîne de création de valeur. Sinon, elles n'arriveront plus à se démarquer de la concurrence. En effet, il leur faut à la fois une gamme d'offres qui couvre l'ensemble des besoins de la clientèle et un positionnement clair sur le marché.

Raiffeisen, grâce à son cœur de métier bien défini et ses coopérations ciblées, qui complètent la gamme d'offres de son activité de base, se voit couronnée de succès en tant que première banque retail de Suisse. Elle continuera de développer, en parallèle, à la fois les opérations avec la clientèle de placement et celles en lien avec la clientèle entreprises. Raiffeisen entend satisfaire les besoins de la clientèle en misant davantage sur les associations, ceci également avec des tiers étrangers au secteur, dans le cadre d'écosystèmes digitaux (par ex. l'écosystème «Logement»).

Régulation: une pression réglementaire accrue

Les réglementations auxquelles les banques suisses doivent faire face ne cessent de se durcir. Deux thèmes sont plus particulièrement d'actualité: le maintien de la stabilité du marché financier (importance systémique, Bâle IV) et l'amélioration de la protection des clients (LSFin). Par ailleurs, l'harmonisation des normes juridiques suisses par rapport aux réglementations internationales suit son cours. La transposition des prescriptions réglementaires requiert donc toujours une forte mobilisation du personnel et un engagement financier élevé. Enfin, bon nombre d'autres modifications d'ordre prudentiel sont en route. Ainsi, le Conseil fédéral a décidé d'améliorer les conditions cadres prudentielles des FinTech. Au travers de la réglementation dite «bac à sable», l'Autorité de surveillance des marchés financiers (FINMA) réduit les obstacles réglementaires pour les nouveaux modèles d'affaires et encourage la mise en place de solutions innovantes pour la place financière Suisse.

Le respect et la transposition des exigences réglementaires sont essentiels pour Raiffeisen. Notre Groupe s'engage résolument dans le débat sur les évolutions prudentielles, assumant ainsi sa responsabilité sociale dans ce domaine.