Solides opérations avec la clientèle, bénéfice en baisse

La réorientation du Groupe Raiffeisen a des répercussions sur le résultat semestriel 2019. Avec 355 millions de francs, le bénéfice au 30 juin 2019 est inférieur de 14,7% à celui de la même période de l’année précédente. La confiance des clients est cependant toujours aussi élevée: les dépôts des clients ont nettement augmenté au premier semestre par rapport à l’exercice précédent et les créances hypothécaires ont, elles aussi, évolué de manière réjouissante.

Le Groupe Raiffeisen boucle le premier semestre 2019 avec un bénéfice plus faible qu’un an auparavant, mais toujours conséquent. L’activité bancaire opérationnelle a continué à évoluer positivement. Le Groupe a atteint d’importants jalons au premier semestre 2019, en ce qui concerne sa réorientation.

La réorientation se traduit par une baisse des dépenses et des revenus

Raiffeisen a simplifié la structure de son Groupe, en vendant Notenstein La Roche Banque Privée SA et en intégrant ARIZON Sourcing SA à son organisation. Par ailleurs, le Groupe a investi de manière conséquente dans l’avenir, avec l’introduction de son nouveau système bancaire central (ACS). Le programme d’efficience lancé en avril 2019 permettra d’accroître la performance de Raiffeisen Suisse. Ces facteurs se reflètent tant dans les dépenses, que dans les revenus. Avec 1’518 millions de francs (-118 millions de francs), le produit opérationnel est inférieur à celui de l’exercice précédent, en raison de plus faibles produits des participations, de la baisse des autres produits ordinaires (intégration d’ARIZON Sourcing SA à Raiffeisen Suisse) et de la vente de Notenstein La Roche Banque Privée SA le 2 juillet 2018.

Cette dernière, ainsi que l’introduction d’ACS, ont entraîné une baisse sensible des charges d’exploitation (-66 millions de francs), qui atteignent désormais 934 millions de francs. Une provision de restructuration à hauteur de 15 millions de francs a aussi été constituée à titre préventif, dans le cadre du programme d’efficience de Raiffeisen Suisse. D'ici 2020, des économies allant jusqu'à 100 millions de francs devraient être réalisées. L’impact comptable de ces économies récurrentes se fera plus particulièrement sentir à partir de l'exercice 2020.

Une correction de valeur de 38 millions de francs, liée à la valeur du marché, a été effectuée en raison de l’évolution négative des actions Leonteq AG. Le premier amortissement ordinaire de 26 millions de francs sur le nouveau système bancaire central est également pris en compte. Raiffeisen a franchi une première étape dans la simplification de son paysage informatique, ainsi que dans un gain d’efficacité et le lancement de futurs projets de digitalisation, lors de l’introduction d’ACS; par ailleurs, elle a repris en intégralité ARIZON Sourcing SA, la joint-venture initiale qu’elle avait fondée avec Avaloq, et l’a intégrée en son sein. Ce rachat a permis de franchir une étape supplémentaire dans la simplification de la structure du Groupe. Les conséquences financières de cette dissociation des participations ont pesé sur le résultat annuel 2018 et n’ont pas d’effet sur le bouclement intermédiaire 2019.

Croissance des opérations neutres – hausse des actifs sous gestion

Afin de simplifier la comparaison avec l’exercice précédent, les positions des revenus et des dépenses sont commentées dans ce paragraphe sans tenir compte de la vente de Notenstein La Roche Banque Privée SA.

La croissance continue du volume des affaires s’est aussi poursuivie au premier semestre 2019. Avec 1’133 millions de francs (-4 millions de francs), le résultat des opérations d’intérêts a pratiquement réussi à maintenir son niveau malgré la pression sur les marges. Dans les opérations de commissions et des prestations de service, le résultat de l’exercice précédent a été légèrement dépassé pour atteindre 208 millions (+1 million de francs). Les opérations de négoce ont enregistré un léger repli (-5 millions de francs) et se sont établies à 109 millions de francs.

Le volume des affaires a progressé de manière très réjouissante. Ces six derniers mois, Raiffeisen a en particulier enregistré une hausse des avoirs de la clientèle supérieure à la moyenne. Les dépôts de la clientèle sont passés à 170,3 milliards de francs (+2,7% ou +4,6 milliards de francs). L’évolution du volume des dépôts a également été positive avec une augmentation à 32,9 milliards de francs (+10,6% ou +3,2 milliards de francs). Raiffeisen a donc bénéficié de la reprise générale des marchés financiers tout en enregistrant un afflux net de capitaux très réjouissant. Grâce à cette augmentation, les actifs sous gestion s’élèvent à 203,7 milliards de francs (+3,9% ou +7,6 milliards de francs). Comme prévu, la croissance des hypothèques a été moins prononcée qu’à l’exercice précédent. Elles affichent un volume total de 182,2 milliards de francs (+1,5% ou +2,6 milliards de francs). Grâce à la hausse importante des dépôts de la clientèle, le ratio de refinancement entre prêts et dépôts de la clientèle est passé à 89,2%.

Politique de crédit prudente

Les corrections de valeur pour risques de défaillance sur le volume total de crédit s’élèvent à 254 millions de francs, soit un taux très faible de 0,133%. Grâce à la politique de crédit prudente des Banques Raiffeisen, les provisions pour créances douteuses ont continué de baisser.

Situation initiale confortable en vue des nouvelles exigences TLAC

De nouvelles exigences en matière de fonds propres s’appliquent depuis le 1er janvier 2019 aux banques d’importance systémique, non actives sur le plan international, dont le Groupe Raiffeisen en l’occurrence. Les établissements financiers concernés devront remplir en intégralité les nouvelles exigences d’ici au 1er janvier 2026 au plus tard. L’objectif des exigences TLAC (Total Loss Absorbing Capacity) renforcées est de garantir que les banques d’importance systémique puissent être liquidées sans recourir aux fonds publics.

Avec un taux TLAC de 17,7%, le Groupe Raiffeisen dispose déjà d’un taux proche de celui exigé au 1er janvier 2026 (17,9%), et dépasse largement le taux de 15,3% à respecter en 2019, dans le cadre des règles transitoires. Raiffeisen est convaincue qu’elle pourra atteindre l’exigence en vigueur à compter du 1er janvier 2026 grâce aux bénéfices qu’elle capitalisera durant le délai de transition de sept ans. Son ratio de levier TLAC actuel de 7,6% dépasse déjà l’exigence TLAC de 5,9% pondérée, qui devra être respectée à l’avenir.

Réforme rapide du Groupe Raiffeisen – consensus atteint sur les points clés

Le groupe d’impulsion «Réforme 21», se composant de représentants des Banques Raiffeisen et de Raiffeisen Suisse, a travaillé depuis le début de l’année sur des thèmes majeurs pour le Groupe Raiffeisen, tels que la gouvernance d’entreprise et notre compréhension des valeurs. Une ébauche de la stratégie des propriétaires a également été élaborée. Le workshop des propriétaires du 14 juin 2019 a permis à toutes les Banques Raiffeisen de bâtir une compréhension commune et de créer les bases en vue d’ancrer ces thèmes dans les Statuts, à l’occasion de l’Assemblée extraordinaire des délégués qui aura lieu le 16 novembre 2019.

Perspectives

D’un point de vue macroéconomique, Raiffeisen prévoit un contexte économique toujours difficile. Outre les incertitudes géopolitiques persistantes, Raiffeisen table sur un affaiblissement de la croissance économique pour le second semestre 2019, notamment en raison de la conjoncture mondiale qui poursuit son ralentissement. Suite au virage à 180° de la Fed, la normalisation des taux d’intérêt est une hypothèse très lointaine. En Suisse, l’environnement des taux d’intérêt négatifs devrait donc persister ces prochains trimestres. La pression continue de peser sur les marges d’intérêt.