Lettre du président de la Commission chargée des nominations et des rémunérations

Madame, Monsieur

En tant que nouveau président de la Commission chargée des nominations et des rémunérations du Conseil d'administration, je me réjouis de vous présenter le rapport de rémunération 2018. Cette année, le rapport a fait peau neuve pour améliorer sa clarté, lisibilité et transparence. En effet, les explications sur la gouvernance en matière de rémunération ont été étoffées et les informations concernant les rétributions versées au Conseil d'administration et à la Direction sont plus détaillées. Nous souhaitons ainsi répondre au besoin d'information accru de nos Banques coopératives, tout en assumant notre responsabilité de banque classée d'importance systémique. Notre nouvelle politique de divulgation nous permet ainsi en tant que banque coopérative de nous aligner aux pratiques du marché adoptées par les entreprises cotées en bourse. Le Conseil d'administration demandera par ailleurs lors de l'Assemblée des délégués 2019 de procéder à un vote consultatif concernant le rapport de rémunération 2018.

Cette année, le Conseil d'administration a lancé un examen complet de l'intégralité du concept de rémunération. Le 17 juin 2018, il a décidé, de son plein gré, de réduire avec effet rétroactif sa rémunération 2018 et d'appliquer les taux stipulés dans le Règlement de rémunération en vigueur pour l'année 2016.

Suite à la demande d'un certain nombre de fédérations régionales lors de l'Assemblée ordinaire des délégués du 16 juin 2018, en lien avec la rémunération de la Direction et du Conseil d'administration, ce dernier a demandé à l'Assemblée qu'un groupe de travail soit créé et chargé d'établir, dès le 1er janvier 2019, un nouveau système de rémunération englobant les processus, la divulgation (rapport de rémunération) et les montants. Dans le cadre d'une procédure régulière, le Conseil d'administration entend examiner les autres modèles de rémunération de Raiffeisen Suisse.

Le nouveau système doit d'une part être plus simple, d'autre part garantir un niveau de rémunération conforme aux conditions du marché dans le contexte des coopératives. En fonction de son rôle, chaque membre du Conseil d'administration percevrait désormais des forfaits à titre de rémunération de base et du travail effectué dans les commissions. Par ailleurs, le nouveau système abandonne le principe des jetons de présence et des frais de séance appliqués par le passé, et fera l'objet d'un réexamen tous les deux ans (et non pas tous les quatre ans comme jusqu'à présent). Il garantira une plus grande transparence en matière de divulgation ainsi qu'une meilleure implication des délégués. Le système de rémunération entrera en vigueur le 1er janvier 2019. Cela veut dire que 2018, exercice marqué par de nombreux changements au sein du Conseil d'administration, représente une année de transition entre l'ancien et le nouveau système de rémunération. Un des principaux éléments caractérisant la rémunération globale du Conseil d'administration en 2018 a été le rythme soutenu des séances et les temps de présences, notamment en raison du recrutement de cinq nouveaux membres et d'un nouveau CEO, ainsi que d'une très forte présence et une communication accrue auprès des Banques Raiffeisen.

Le Conseil d'administration est persuadé du fait que ces changements amélioreront non seulement la transparence, mais aussi que la communication renforcée assurera un dialogue plus ouvert avec les Banques Raiffeisen concernant la rémunération. Le vote consultatif de l'Assemblée des délégués sur le rapport de rémunération 2018 est l'occasion idéale pour aborder ce sujet en 2019.

Au nom de la Commission chargée des nominations et des rémunérations, je remercie tous les collaborateurs dans les comités et les groupes de travail qui nous ont permis de mener à bien les grands chantiers engagés en 2018. Je me réjouis de poursuivre le travail à leurs côtés.

Thomas Rauber
Président de la Commission chargée des nominations et des rémunérations du Conseil d'administration
Mars 2019