Perspectives financières 2019

Contexte de marché et conditions cadres

L'économie suisse a connu une évolution réjouissante en 2018. Le produit intérieur brut a enregistré une croissance d'environ 2,5% grâce à la bonne assise de l'économie suisse (consommation, investissements, exportations) et une conjoncture globale solide, surtout au premier semestre. 2018 a ainsi été pour la Suisse la meilleure année en termes de croissance depuis 2010, qui a profité surtout à l'emploi. Pour 2019, Raiffeisen s'attend toutefois à un repli de la croissance dans notre pays, à environ 1,2%, surtout en raison d'une perte de vitesse de la conjoncture internationale. Par ailleurs, les incertitudes géopolitiques pèsent sur les prévisions de cette année.

Raiffeisen s'attend à ce que les taux d'intérêt négatifs perdurent en 2019 puisqu'en l'absence d'une pression inflationniste, ni la Banque centrale européenne (BCE), ni la Banque nationale suisse (BNS) ne comptent les ajuster cette année encore. Mais à moyen terme, nous prévoyons une lente normalisation, avec des hausses très modérées. Sur le marché immobilier, l'élan de la baisse continue des taux d'intérêt s'affaiblit. Malgré le niveau élevé des prix de l'immobilier, l'accès à la propriété reste intéressant grâce aux taux d'intérêt bas attendus et aux loyers élevés dans le même temps. Par ailleurs, il n'y a jusqu'à présent pas d'évolution divergente entre l'offre et la demande, contrairement aux objets de rapport dont le taux de vacance a progressé à 1,6%. Dans l'ensemble, Raiffeisen s'attend à une croissance plus faible des prix de l'immobilier et à une consolidation à un niveau élevé.

Evolution de l'activité du Groupe Raiffeisen

Le marché bancaire suisse restera marqué par la pression sur les marges. Malgré cet environnement de marché très difficile, nous pensons que notre cœur de métier enregistrera une croissance modérée en termes de volume et de produits en 2019. Les prêts et crédits à la clientèle devraient croître autant qu'en 2018, alors que les dépôts de la clientèle pourraient progresser à un rythme plus élevé. En conséquence, les revenus des opérations d'intérêts, des opérations de commissions et des prestations de services devraient légèrement augmenter dans les Banques et chez Raiffeisen Suisse.