Accéder directement à:

    Résultat

    Avec un bénéfice de 1,07 milliard de francs, le Groupe Raiffeisen a réalisé un excellent résultat en 2021. Le bénéfice dépasse de 24,2% le résultat de l’exercice précédent.

    Chiffres clés

    Chiffres clés

    en mio CHF, pourcentage, numéro20202021Variation en %
    Chiffres clés du compte de résultat
    Résultat brut des opérations d‘intérêts2'3502'4022,2
    Résultat des opérations de commissions et des prestations de service45153618,8
    Produit opérationnel3'0603'38310,6
    Charges d‘exploitation1'8171'8954,3
    Résultat opérationnel 9671'26831,1
    Bénéfice du Groupe8611'06924,2
    Cost Income Ratio59,4%56,0%
    Chiffres clés du bilan
    Total du bilan259'653284'4899,6
    Prêts et crédits à la clientèle200'358206'3553,0
    dont créances hypothécaires190'317196'3603,2
    Dépôts de la clientèle190'425201'7295,9
    en % des prêts et crédits à la clientèle95,0%97,8%
    Total des capitaux propres (sans part des intérêts minoritaires)18'44419'1794,0
    Fonds propres/liquidité1
    Ratio CET118,6%20,3%
    Ratio de fonds propres de base (going concern)19,6%21,7%
    Ratio TLAC20,6%23,4%
    Ratio de levier TLAC7,3%7,4%
    Ratio de liquidités (LCR)2159,4%185,4%
    Ratio de financement (NSFR)3141,5%144,9%
    Indications sur le marché
    Part du marché hypothécaire 17,6%17,6%
    Part du marché des dépôts de la clientèle13,8%14,0%
    Nombres de clients3'553'1903'606'5401,5
    Nombre de sociétaires1'935'7901'963'5931,4
    Fortune de la clientèle
    Fortune de la clientèle gérée4224'042241'2267,7
    Apports nets de la fortune de la clientèle gérée16'32814'509-11,1
    Ratios de risque des opérations de crédit
    Corrections de valeur pour les risques de défaillance261243-7,0
    en % des prêts et crédits à la clientèle0,130%0,118%
    Corrections de valeur pour pertes prévisibles (prévoyance des risques)5n/a482n/a
    Ressources
    Effectif des collaborateurs 11'20711'4652,3
    Nombre de postes à plein temps9'4929'7292,5
    Sites Raiffeisen824820-0,5
    1 Selon le régime d‘importance systémique.
    2 Le ratio de liquidité (LCR – Liquidity-Coverage-Ratio) sert à mesurer si un institut bancaire dispose de suffisamment de fonds propres pour couvrir un besoin de liquidités avec ses propres fonds en cas d’urgence sur une période de 30 jours. Le LCR calcule les liquidités disponibles par rapport aux sorties nettes entrantes.
    3 Avec le chiffre clé de financement NSFR (Net-Stable-Funding-Ratio), on s’assure d’un financement durable et stable des opérations actives et des activités hors du bilan d’un institut bancaire. Celui-ci limite en particulier le risque qu’une banque finance ses opérations de crédit avec des fonds estimés comme trop instables et à court terme.
    4 Les actifs sous gestion inscrits au bilan intègrent les avoirs en dépôt et les engagements résultant des dépôts de la clientèle et des obligations de caisse. Le poste «Engagements résultant des dépôts de la clientèle» englobe également les fonds de la clientèle n’ayant pas caractère de placement. Ne sont pas inclus: les fonds fiduciaires et ceux provenant des relations clients «custody only» (banques tierces et clients institutionnels pour lesquels Raiffeisen fait exclusivement office de banque dépositaire) ainsi que les actifs d’investisseurs institutionnels dès lors que leur activité commerciale repose sur des placements liquides ou repo.
    Les reclassements entre actifs sous gestion et actifs non-inscrits au bilan (p. ex. custody only) y figurent en tant que variation d’argent frais net.
    5 Conformément à l’OEPC-FINMA, le Groupe Raiffeisen a constitué au 1er janvier 2021 des corrections de valeur sans incidence sur le résultat pour risques de défaillance latents à hauteur de 493,2 millions de francs. Les changements survenus après la constitution initiale ont été comptabilisés dans le poste du compte de résultat «Variations des corrections de valeur pour risques de défaillance et pertes liées aux opérations d’intérêts».

    Un excellent résultat

    L’exercice 2021 a été très fructueux pour Raiffeisen. Le bénéfice de 1,07 milliard de francs affiche une nette hausse par rapport à l’exercice précédent. Le Groupe a atteint les objectifs stratégiques qu’il s’était fixés pour 2021. Raiffeisen a développé les services numériques destinés à sa clientèle et a poursuivi la diversification de son modèle d’affaires grâce au succès enregistré dans les opérations de prévoyance et de placement. Le Groupe continue de renforcer sa solide position dans le domaine des opérations avec la clientèle.
    Son volume d’affaires a connu une nouvelle croissance et sa capacité de rendement opérationnelle reste intacte. Tous les postes de produit ont augmenté. Affichant une hausse de près de 20%, les opérations de commissions et les prestations de service ont connu une évolution particulièrement réjouissante. Les volumes des dépôts de plan d’épargne en fonds de placement et des dépôts de prévoyance ont augmenté de près de 40%, tandis que les mandats de gestion de fortune ont progressé de plus de 120%. L’afflux net d’argent frais, qui a atteint un total de 14,5 milliards de francs, témoigne de la grande confiance que la clientèle place dans les 219 Banques Raiffeisen. Raiffeisen s’est révélée une solide partenaire même en des temps difficiles et a enregistré un excellent résultat.

    Solide confiance de la clientèle – croissance toujours aussi forte de
    l’activité de base

    La forte croissance des actifs sous gestion s’est poursuivie durant l’exercice 2021. Ceux-ci ont augmenté de 19,3 milliards de francs (+8,5%), pour atteindre un total de 247,1 milliards de francs. Cette croissance s’explique d’une part par une forte hausse des dépôts de la clientèle, qui ont progressé de 11,3 milliards de francs (+5,9%). D’autre part, le volume de dépôts a également enregistré une nette augmentation, de 8,0 milliards de francs (+21,7%), et ainsi atteint 45,1 milliards de francs. Durant l’exercice sous revue, quelque 68’000 nouveaux dépôts ont été ouverts, soit 268 par jour ouvré.
    Raiffeisen se félicite d’avoir accueilli un grand nombre de nouvelles clientes et nouveaux clients (+53’350) en 2021 et compte maintenant 3,61 millions de personnes parmi sa clientèle. Le nombre de sociétaires a également augmenté de 27’803, pour s’établir à 1,96 million.
    Les opérations hypothécaires ont connu, comme prévu, une croissance conforme à l’évolution du marché. Les créances hypothécaires ont progressé de 6,0 milliards de francs (+3,2%), pour s’inscrire à 196,4 milliards de francs. Présenter une croissance saine et au niveau du marché dans le cœur de métier correspond à l’ambition et à la stratégie de Raiffeisen. Grâce au regain de croissance simultané des dépôts de la clientèle, le taux de refinancement s’est amélioré, passant de 95,0% l’exercice précédent à 97,8%. Durant l’exercice sous revue, le Groupe Raiffeisen a développé ses services dans le secteur de la propriété privée du logement. En août, le Groupe a lancé, en collaboration avec la Mobilière, la plateforme numérique dédiée aux propriétaires de logement Liiva. Le groupe bancaire répond ainsi désormais également aux besoins de sa clientèle en matière d’acquisition et de rénovation de logements privés. En outre, Raiffeisen a été la première banque suisse à intégrer un planificateur de rénovation dans le processus de conseil. Ce faisant, Raiffeisen a développé encore davantage ses compétences immobilières, qui vont au-delà des opérations hypothécaires traditionnelles.

    Une évolution positive de tous les postes de produit

    Au cours de l’exercice 2021, les activités opérationnelles du Groupe Raiffeisen ont connu une évolution extrêmement satisfaisante, à laquelle tous les postes de produit ont contribué. Cependant, la pression qui pèse sur les opérations d’intérêts persiste. La marge d’intérêt a connu un nouveau recul durant l’exercice sous revue et est passée de 0,93% à 0,89%. Grâce à la croissance des opérations de crédit et à une gestion circonspecte du bilan, le résultat brut des opérations d’intérêts a néanmoins enregistré une hausse de 52,3 millions de francs (+2,2%). Après un léger relèvement du besoin de correction de valeur dû aux perspectives économiques incertaines, la reprise économique a entraîné, durant l’exercice sous revue, une dissolution nette des corrections de valeur pour risques de défaillance à hauteur de 12,1 millions de francs. Le résultat net des opérations d’intérêts s’est monté à 2,4 milliards de francs, soit une augmentation de 116,9 millions de francs (+5,1%) par rapport à l’exercice précédent.
    Les efforts consentis par le Groupe Raiffeisen en vue de diversifier ses domaines d’activité continuent de porter leurs fruits. Le développement réussi des opérations de placement et de prévoyance se reflète dans l’évolution très satisfaisante du résultat des opérations de commissions et des prestations de service. Ce dernier s’élève à 536,1 millions de francs, affichant une progression de 85,0 millions de francs (+18,8%) par rapport à l’exercice précédent. Durant l’exercice sous revue, les transactions sur titres ont fortement progressé, notamment grâce à l’environnement boursier favorable, et le Groupe a enregistré des afflux considérables dans les opérations de placement et de prévoyance. Le résultat des opérations de négoce a également augmenté de 29,9 millions de francs (+13,9%), passant ainsi à 244,6 millions de francs. Les autres résultats ordinaires ont quant à eux connu une hausse de 91,4 millions de francs (+93,8%) due à l’augmentation des produits des participations et à la vente d’immobilisations financières. Au total, le produit opérationnel a enregistré une forte croissance de 323,2 millions de francs (+10,6%), pour atteindre 3,4 milliards de francs.

    Les investissements engagés dans la stratégie du Groupe engendrent une
    hausse des coûts

    Conformément aux prévisions, les charges d’exploitation ont augmenté de 78,0 millions de francs (+4,3%) durant la période sous revue, totalisant 1,9 milliard de francs. D’une part, les charges de personnel ont accusé une hausse de 54,7 millions de francs (+4,1%): la mise en œuvre de la stratégie du Groupe a en effet engendré un besoin accru de personnel en 2021, et les Banques Raiffeisen ont mobilisé des effectifs supplémentaires afin de renforcer l’accompagnement de la clientèle sur site. D’autre part, les autres charges d’exploitation ont augmenté de 23,3 millions de francs (+4,9%). Alors que la pandémie avait empêché toute manifestation au cours de l’exercice précédent, ce poste de dépenses a enregistré une nouvelle hausse durant l’exercice 2021. En outre, certains projets, notamment liés à la mise en œuvre de la stratégie du Groupe, ont engendré un besoin supplémentaire de prestations de tiers et de conseils.
    Malgré des coûts totaux plus élevés, le Groupe a de nouveau accru sa productivité. Les produits ayant nettement plus augmenté que les coûts, le Cost Income Ratio s’est encore amélioré, pour atteindre 56,0%, contre 59,4% à la fin de l’exercice précédent. Au total, les amortissements sur immobilisations corporelles, les corrections de valeur sur participations et les provisions ont été nettement inférieurs durant l’exercice sous revue. Les solides activités opérationnelles, conjuguées à des éléments non récurrents ayant favorisé les participations, ont engendré un remarquable résultat opérationnel de 1,3 milliard de francs, soit une hausse de 300,8 millions de francs (+31,1%) par rapport à l’exercice précédent.

    Sécurité et solide capitalisation

    Le Groupe Raiffeisen a évolué avec succès et réalisé un excellent résultat. Sa capacité de rendement opérationnelle reste intacte. Le bénéfice du Groupe a augmenté de 208,1 millions de francs par rapport à l’exercice précédent (+24,2%), pour atteindre le niveau record de 1,07 milliard de francs. Environ 94% des bénéfices du Groupe sont thésaurisés. Ils accroissent donc ses réserves et son assise financière, ce qui contribue au renforcement de la sécurité et de la stabilité du groupe bancaire coopératif.

    Compte de résultat

    Revenus issus de l’activité opérationnelle

    Les revenus issus de l’activité opérationnelle ont connu une évolution très positive tout au long de l’exercice sous revue. Tous les postes de produit ont augmenté, et le produit opérationnel a atteint un total de 3,4 milliards de francs, soit une solide croissance de 323,2 millions de francs (+10,6%).

    Opérations d’intérêts

    L’environnement de taux toujours bas et la forte concurrence sur le marché hypothécaire continuent de peser sur les opérations d’intérêts, qui constituent la principale source de revenus du Groupe Raiffeisen. Grâce à une gestion active et circonspecte du bilan ainsi qu’à la croissance du volume, le résultat brut des opérations d’intérêts a néanmoins enregistré une hausse de 52,3 millions de francs (+2,2%), pour s’établir à un total de 2,4 milliards de francs. Alors qu’au cours de l’exercice précédent, les perspectives économiques incertaines avaient de nouveau engendré un besoin de correction de valeur légèrement accru dans un esprit d’estimation prudente des risques, la reprise économique qu’a connue l’exercice sous revue a entraîné une dissolution nette des corrections de valeur liées aux opérations d’intérêts à hauteur de 12,1 millions de francs. Par rapport à la constitution nette de l’exercice précédent, le poste «Variations des corrections de valeur pour risques de défaillance et pertes liées aux opérations d’intérêts» a diminué de 64,6 millions de francs au cours de l’exercice sous revue ( annexe 15). Par conséquent, les corrections de valeur pour risques de défaillance restent très faibles au regard du montant total des prêts et équivalent à 0,118% (exercice précédent: 0,130%). Le résultat net des opérations d’intérêts a atteint un total de 2,4 milliards de francs, soit une augmentation de 116,9 millions de francs (+5,1%) par rapport à l’exercice précédent.

    Opérations de commissions et prestations de service

    Les opérations de commissions et les prestations de service ont connu une évolution très satisfaisante ( annexe 23). En effet, le résultat des opérations de commissions et des prestations de service a augmenté de 85,0 millions de francs (+18,8%), pour atteindre 536,1 millions de francs, principalement grâce au niveau soutenu des opérations de négoce de titres et des placements. Cette forte progression permet une fois encore de dépasser largement la valeur de l’exercice précédent. D’une part, le nombre de transactions sur titres a nettement augmenté. D’autre part, le Groupe enregistre des afflux considérables dans les opérations de placement et de prévoyance, qu’il doit également au contexte boursier favorable. En ce qui concerne les dépôts de plan d’épargne en fonds de placement, le volume a augmenté d’environ 37%, et le nombre de dépôts a également enregistré une forte hausse, à savoir de 29%. Les dépôts de prévoyance ont connu une augmentation de 39% en termes de volume, et de 52% en termes de nombre. S’agissant des mandats de gestion de fortune, tant le volume que le nombre de nouveaux dépôts ont enregistré une croissance supérieure à 120%. Cette forte progression souligne la compétence du Groupe Raiffeisen en matière de prévoyance et de placement. Par ailleurs, les efforts consentis en vue de la diversification des revenus portent leurs fruits. La part des opérations d’intérêts dans le produit opérationnel total a diminué au cours de ces dernières années, tandis que celle des opérations de commissions et des prestations de service a augmenté. Depuis le début de la mise en œuvre de la stratégie et en comparaison avec l’exercice précédent, cette évolution s’est encore accentuée. Les initiatives stratégiques visant à développer les opérations de prévoyance et de placement dans le cadre de la mise en œuvre de le stratégie du Groupe «Raiffeisen 2025» doivent également favoriser cette tendance à l’avenir.

    Opérations de négoce

    Le résultat de négoce ( annexe 24) du Groupe Raiffeisen a lui aussi augmenté. Le résultat des opérations de négoce et de l’option de la juste valeur s’élève à 244,6 millions de francs au total, soit une hausse de 29,9 millions de francs (+13,9%). Cette progression est principalement due à l’évolution positive des opérations sur devises. Au cours de l’exercice sous revue, les opérations sur devises ont en effet de nouveau augmenté et généré des revenus supplémentaires par rapport au résultat de l’exercice précédent, durant lequel la pandémie avait fortement restreint les voyages et les transactions avec l’étranger.

    Autres résultats ordinaires

    Les autres résultats ordinaires ont également contribué à l’augmentation du produit opérationnel. En effet, ils ont enregistré une forte croissance de 91,4 millions de francs (+93,8%), pour atteindre 188,7 millions de francs. D’une part, les aliénations d’immobilisations financières ont généré des revenus supérieurs. D’autre part, le produit des participations a augmenté de 41,6 millions de francs par rapport à l’exercice précédent ( annexe 25) . Une reprise substantielle a notamment pu être enregistrée dans le cadre de la participation dans Leonteq AG, évaluée selon la méthode de la mise en équivalence, grâce à l’évolution positive de l’entreprise.

    Charges d’exploitation

    Parmi les charges d’exploitation, tant les frais de personnel que les autres charges d’exploitation ont accusé une hausse. Les charges d’exploitation ont augmenté de 78,0 millions de francs (+4,3%) par rapport à l’exercice précédent, affichant ainsi un total de 1,9 milliard de francs. Etant donné les investissements engagés dans la mise en œuvre de la stratégie du Groupe, la hausse des coûts était attendue et correspond aux prévisions.

    Charges de personnel

    Les charges de personnel ( annexe 27) ont augmenté de 54,7 millions de francs (+4,1%) et se chiffrent à 1,4 milliard de francs. Les effectifs s’élèvent à un total de 9’728,8 emplois à plein temps, soit une hausse de 237,2 emplois à plein temps par rapport à l’exercice précédent. La mise en œuvre des initiatives liées à la stratégie du Groupe a nécessité des ressources supplémentaires. En outre, les Banques Raiffeisen ont augmenté leurs effectifs dédiés à l’accompagnement et au conseil de la clientèle dans le but de développer encore davantage les compétences sur site. 

    Autres charges d’exploitation

    Affichant une hausse de 23,3 millions de francs (+4,9%), les autres charges d’exploitation ( annexe 28) se montent à 503,0 millions de francs. Durant l’exercice précédent, les coûts afférents aux assemblées générales et événements destinés à la clientèle ont nettement diminué en raison de la pandémie. Au cours de l’exercice sous revue, des coûts plus élevés ont à nouveau été comptabilisés dans les autres charges d’exploitation pour les assemblées générales et les manifestations qui ont eu lieu au cours de l’exercice 2021. En outre, les projets en lien avec la mise en œuvre de la stratégie du Groupe «Raiffeisen 2025» ont engendré un besoin accru de services et de conseils de tiers.

    Corrections de valeur sur participations, amortissements
    sur immobilisations corporelles et valeurs immatérielles

    Le poste «Corrections de valeur sur participations, amortissements sur immobilisations corporelles et valeurs immatérielles» s’est chiffré à un total de 217,4 millions de francs, soit une diminution de 56,5 millions de francs (–20,6%). Les amortissements sur immobilisations corporelles ont reculé de 12,0 millions de francs. Quant aux amortissements sur participations et goodwill, elles ont connu une baisse de 45,4 millions de francs. L’exercice précédent comportait un important ajustement de valeur négatif opéré sur la participation dans Viseca Holding SA, évaluée selon la méthode de la mise en équivalence. L’exercice sous revue présente quant à lui des corrections de valeur sur participations nettement inférieures.

    Variations des provisions et autres corrections de valeur, pertes

    Affichant une hausse 0,8 million de francs (+36,3%), le poste «Variations des provisions et autres corrections de valeur, pertes» ( annexe 15) se monte à 3,1 millions de francs, soit un bas niveau. Aucune nouvelle constitution matérielle de provisions et corrections de valeur n’a été comptabilisée dans ce poste au cours de l’exercice sous revue.

    Résultat opérationnel

    Grâce aux solides activités opérationnelles et à divers éléments non récurrents ayant favorisé les participations, Raiffeisen a réalisé durant l’exercice sous revue un résultat opérationnel de 1,3 milliard de francs, ce qui correspond à une hausse de 300,8 millions de francs.

    Produit et charges extraordinaires

    Le produit extraordinaire, d’un montant de 8,6 millions de francs, comprend notamment un bénéfice résultant de l’aliénation d’immobilisations corporelles à hauteur de 7,5 millions de francs. Les charges extraordinaires de 0,9 million de francs englobent 0,7 million de francs de pertes résultant de l’aliénation d’immobilisations corporelles, qui constituent le poste individuel le plus conséquent.

    Impôts

    Les charges fiscales ( annexe 30) se sont chiffrées à 183,0 millions de francs, ce qui correspond à une augmentation de 63,7 millions de francs (+53,4%) par rapport à l’exercice précédent. Les comptes annuels du Groupe Raiffeisen comportent des provisions pour impôts latents afin de représenter correctement l’effet fiscal des écarts entre son propre bouclement, établi selon le principe de l’image fidèle (true and fair view), et le bouclement individuel de chacune des sociétés consolidées. En 2020, des taux d’imposition inférieurs avaient pu être appliqués pour le calcul des impôts latents en raison de la réforme de l’imposition des entreprises. Ceci a entraîné une dissolution des provisions pour impôts latents, et ainsi des charges fiscales globalement plus faibles lors de l’exercice précédent. Durant l’exercice sous revue, le très bon résultat a de nouveau engendré une augmentation plus marquée des charges pour impôts latents. Les charges fiscales réelles ont accusé une hausse de 13,5 millions de francs par rapport à l’exercice précédent.

    Bilan

    La forte croissance du total du bilan, de 24,8 millions de francs (+9,6%), pour atteindre 284,5 milliards de francs, résulte principalement des afflux élevés de dépôts de la clientèle. Cela s’est répercuté positivement sur la situation du Groupe Raiffeisen en matière de liquidité.

    Créances et engagements envers les banques

    Les créances sur les banques ont fléchi de 791,3 millions de francs (–19,6%), passant à 3,2 milliards de francs. Les engagements envers les banques ont connu une forte hausse, de 5,4 milliards de francs (+50,7%), et se chiffrent à 15,9 milliards de francs. Ces postes sont généralement soumis à de fortes fluctuations en fonction du jour de référence, ce qui s’explique par la gestion active du bilan et des liquidités.

    Créances et engagements résultant d’opérations de financement de titres

    Les opérations de financement de titres sont également sujettes à de fortes fluctuations selon les besoins liés à la gestion des liquidités. Pour l’exercice précédent tout comme pour l’exercice sous revue, le bilan du Groupe Raiffeisen ne contient aucune créance résultant d’opérations de financement de titres. En 2021, les engagements résultant d’opérations de financement de titres ont été augmentés de 3,3 milliards de francs (+78,2%) dans le cadre de la gestion active des liquidités et s’élèvent désormais à 7,5 milliards de francs.

    Prêts et crédits à la clientèle

    Dans l’activité de base, la croissance continue se poursuit. Les créances hypothécaires ont progressé de 6,0 milliards de francs (+3,2%), pour s’inscrire à 196,4 milliards de francs. Cette augmentation est légèrement plus marquée qu’au cours de l’exercice précédent, tout comme la croissance du marché, qui a évolué dans le même ordre de grandeur. La part de marché est restée stable, à 17,6%. La croissance parallèle au niveau du marché correspond à la stratégie du Groupe et reflète sa politique prudente en matière de risques. L’exposition de crédit avec garantie immobilière résulte, à hauteur d’environ 87%, d’immeubles d’habitation présentant en moyenne une faible avance nette de 60%.
    Les créances sur la clientèle ont accusé un léger recul: elles ont diminué de 45,4 millions de francs (–0,5%), pour se chiffrer à 10,0 milliards de francs au total. Lors de l’exercice précédent, ce poste avait enregistré une croissance exceptionnellement forte en raison des crédits Covid-19 octroyés aux PME suisses dans le cadre du programme de garantie de la Confédération et des cantons. Les crédits Covid-19 en cours ont connu une diminution nette de quelque 280 millions de francs par rapport à l’exercice précédent, tandis que les opérations ordinaires avec la clientèle entreprises ont progressé. La part des crédits non couverts octroyés à la clientèle entreprises (hors corporations de droit public), qui se monte à 2,4%, demeure très faible.
    Les corrections de valeur pour risques de défaillance des créances compromises se maintiennent à un niveau très bas, à 243,0 millions de francs. Elles représentent 0,118% du volume de crédit total (exercice précédent: 0,130%).
    Conformément aux nouvelles prescriptions de la Circ.-FINMA 2020/1 «Comptabilité – banques» relatives à la constitution de corrections de valeur et de provisions dans le cadre de la prévoyance des risques latente, Raiffeisen a constitué des corrections de valeur pour pertes prévisibles sur des prêts et crédits à la clientèle non compromis à hauteur de 493,2 millions de francs. Au 1er janvier 2021, Raiffeisen a alimenté, au moyen d’un transfert sans incidence sur le résultat des réserves du bénéfice, l’intégralité des nouvelles corrections de valeur à constituer et les a compensées avec les créances directement au bilan. Au 31 décembre 2021, les corrections de valeur pour pertes prévisibles sur les prêts non compromis se montaient à 482,3 millions de francs.

    Opérations de négoce

    Le portefeuille des opérations de négoce ( annexe 3) a baissé de 470,7 millions de francs (–15,5%), pour s’inscrire à 2,6 milliards de francs. Etant donné son caractère à court terme, le volume de négoce est généralement sujet à d’importantes variations en fonction du jour de référence.

    Immobilisations financières

    Les immobilisations financières ( annexe 5) sont principalement composées d’obligations de premier ordre, qui sont gérées chez Raiffeisen Suisse conformément aux prescriptions légales et aux objectifs internes en matière de liquidités. Les immobilisations financières sont également gérées en fonction des opportunités, et sujettes à de fortes variations. En 2021, les immobilisations financières ont été réduites de 280,1 millions de francs (–3,2%) et sont passées à 8,5 milliards de francs.

    Participations non consolidées

    La valeur comptable des participations non consolidées ( annexe 6) se monte à 724,1 millions de francs, soit une augmentation de 40,8 millions de francs (+6,0%) durant l’exercice sous revue. Cette évolution est principalement due à la reprise de la participation dans Leonteq AG, évaluée selon la méthode de la mise en équivalence.

    Immobilisations corporelles

    Le portefeuille d’immobilisations corporelles ( annexe 8) a subi un léger recul, de 14,4 millions de francs (–0,5%), par rapport à l’exercice précédent, passant ainsi à 3,0 milliards de francs. De nouveaux investissements d’un montant total de 200,3 millions de francs ont été engagés, essentiellement dans des bâtiments bancaires et d’autres immeubles appartenant aux Banques Raiffeisen. En contrepartie, des amortissements d’un montant de 199,9 millions de francs et des désinvestissements à hauteur de 14,8 millions de francs ont été enregistrés.

    Investissements nets par catégorie

    en mio CHF20172018201920202021
    Immeubles à l‘usage de Raiffeisen76109928589
    Autres immeubles105317636
    Transformations et aménagements dans des locaux tiers119263417
    Matériel informatique1514162110
    Logiciels informatiques208157562415
    Bancomat91215117
    Mobilier46642
    Installations8101064
    Machines de bureau, véhicules, dispositifs de sécurité313945
    Total des investissements nets344383247195185

    Investissements nets en biens corporels par régions

    en mio CHF20172018201920202021
    Région lémanique1635273636
    Plateau 3543382944
    Suisse du Nord-Ouest et Zurich2959383926
    Suisse orientale1227217955351
    Suisse centrale 212140287
    Tessin16891021
    Total des investissements nets344383247195185
    1 Y compris investissements centraux Raiffeisen Suisse.

    Valeurs immatérielles

    Les valeurs immatérielles ( annexe 9) comprenaient un goodwill sur participations, essentiellement le goodwill sur la participation dans Leonteq AG. Raiffeisen a entièrement amorti le goodwill sur participations restant durant l’exercice 2021.

    Engagements résultant des dépôts de la clientèle

    Durant l’exercice sous revue, les dépôts de la clientèle ont de nouveau connu une forte progression, dépassant pour la première fois la barre des 200 milliards de francs. L’augmentation enregistrée au cours de l’exercice sous revue a été légèrement inférieure à la très forte croissance de l’exercice précédent. La progression réalisée de 11,3 milliards de francs (+5,9%), pour arriver à un total de 201,7 milliards de francs, est néanmoins considérable. Etant donné que les dépôts de la clientèle de Raiffeisen ont connu une hausse légèrement supérieure à celle du marché, la part de marché est passée de 13,8% à 14,0%.
    Grâce à la solide augmentation des dépôts de la clientèle conjuguée à une croissance modérée des prêts, le taux de refinancement s’est inscrit à 97,8%, contre 95,0% lors de l’exercice précédent. Pratiquement tous les prêts et crédits à la clientèle sont couverts par des dépôts de la clientèle.
    Les actifs sous gestion – soit les dépôts de la clientèle et le volume de dépôts – ont enregistré une hausse impressionnante de 19,3 milliards de francs (+8,5%), pour s’établir à 247,1 milliards de francs. L’afflux net d’argent frais dans les opérations de détail se monte à 14,5 milliards de francs et reflète la confiance inchangée que les clientes et clients placent dans le Groupe Raiffeisen.

    Engagements résultant des autres instruments financiers évalués à l a juste valeur

    Ce poste ( annexe 13) comprend les produits structurés émis par Raiffeisen Switzerland B.V. Amsterdam, qui sont évalués à la valeur du marché. Les engagements résultant des autres instruments financiers évalués à la juste valeur se sont montés à 2,2 milliards de francs, soit une hausse de 37,4 millions de francs (+1,7%). Quant aux produits structurés émis par Raiffeisen Suisse, un procédé différent s’applique pour l’inscription au bilan: leurs composants de base sont portés au bilan dans le poste «Emprunts et prêts des centrales d’émission des lettres de gage» et sont commentés ci-après.

    Emprunts et prêts des centrales d’émission de lettres de gage

    Le poste «Emprunts et prêts des centrales d’émission des lettres de gage» ( annexe 14) a connu durant l’exercice sous revue une hausse relativement marquée, de 4,7 milliards de francs (+15,9%), et atteint désormais un montant de 34,1 milliards de francs. Les prêts des centrales d’émission des lettres de gage ont augmenté de 1,2 milliard de francs, pour s’établir à 25,7 milliards de francs. Les emprunts de rang non subordonné de Raiffeisen Suisse ont légèrement fléchi en raison d’une échéance. Durant l’exercice 2021, Raiffeisen Suisse a créé un programme de papiers du marché monétaire de droit suisse. Depuis leur lancement en janvier 2021, des papiers du marché monétaire ont été émis à hauteur de 3,2 milliards de francs. Pour renforcer encore davantage la solide assise financière de Raiffeisen, un nouvel emprunt «Additional Tier 1», d’un montant de 300 millions de francs, a été émis en 2021. En outre, comme lors de l’exercice précédent, Raiffeisen a placé avec succès, en plusieurs tranches, de nouvelles obligations «bail-in» afin de constituer des fonds supplémentaires visant à absorber les pertes en vertu du régime d’importance systémique. Au total, un volume de 500 millions de francs a été émis en 2021.

    Au sein du Groupe Raiffeisen, tant Raiffeisen Switzerland B.V. que Raiffeisen Suisse ont été émettrices de produits structurés. Les instruments de base des produits structurés émis par Raiffeisen Suisse ont reculé de 0,4 million de francs, affichant un total de 1,4 milliard de francs. Les excellentes conditions du marché ont assuré des volumes de négoce satisfaisants tout au long de l’année. Parallèlement à cela, le caractère favorable des marchés a entraîné de nombreux remboursements anticipés, dont seulement une partie a pu être transférée dans de nouvelles structures. Le portefeuille de l’ensemble des produits structurés du Groupe Raiffeisen s’est contracté de 316,2 millions de francs, pour s’inscrire à 3,6 milliards de francs.

    Provisions

    Les provisions ont baissé de 34,4 millions de francs (–3,6%), pour passer à 933,1 millions de francs. Par rapport à l’exercice précédent, les provisions pour impôts latents ont diminué de 44,0 millions de francs. Au 31 décembre 2021, le montant des provisions pour pertes prévisibles constituées au sens des nouvelles prescriptions de la Circ.-FINMA 2020/1 «Comptabilité – banques» était de 31,6 millions de francs, ce qui correspond à une hausse de 1,2 million de francs par rapport au début de l’exercice. Des provisions à hauteur de 20,6 millions de francs ont été utilisées conformément à leur but.

    Capitaux propres / Fonds propres

    Les capitaux propres du Groupe Raiffeisen (intérêts minoritaires inclus) ont augmenté de 759,5 millions de francs (+4,1%) au cours de l’exercice sous revue, pour s’inscrire à 19,1 milliards de francs. En l’occurrence, le capital social ( annexe 16) a progressé de 172,6 millions de francs (+6,9%), passant à 2,7 milliards de francs – et ce, grâce à la demande persistante de parts sociales sous la forme de premières souscriptions ou de souscriptions multiples. Cette évolution témoigne de la confiance inébranlée dont jouit le modèle coopératif de Raiffeisen. Atteignant 94%, le taux élevé de thésaurisation des bénéfices contribue de manière déterminante au renforcement de la base de fonds propres. Le ratio TLAC a de nouveau augmenté, pour s’établir à 23,4%. Il satisfait ainsi déjà entièrement aussi bien aux exigences transitoires de 15,4% en vigueur depuis le 31 décembre 2021 qu’aux exigences intégrales de 18,8% applicables au 1er janvier 2026. Le ratio de levier TLAC, qui s’élève à 7,4%, dépasse aussi largement les exigences de 5,2% actuellement en vigueur, ainsi que les 6,0% qui seront exigés à l’avenir.

    Par ailleurs, en 2019, la FINMA a donné son autorisation pour que Raiffeisen applique l’approche IRB dans le cadre du calcul réglementaire des fonds propres à partir du 30 septembre 2019. L’autorisation vaut compte tenu de dispositions transitoires pour les seuils, lesquelles s’appliquent sur trois ans d’ici la mise en place intégrale de l’approche IRB fin 2022, avec une imputation réduite dans un premier temps.

    Perspectives financières pour 2022

    Si la situation liée à la pandémie de coronavirus s’est sensiblement détendue, l’environnement de marché demeure exigeant. En effet, le conflit en Ukraine a occasionné une forte hausse des prix des denrées alimentaires, et en particulier du pétrole et du gaz naturel, sur les marchés mondiaux. Raiffeisen ne prévoit pas de ralentissement majeur de la conjoncture suisse étant donné les faibles interactions économiques directes avec l’Ukraine et la Russie. Par conséquent, les perspectives d’un solide exercice pour le groupe bancaire demeurent globalement inchangées – à condition toutefois que le conflit ne s’étende pas davantage et n’entraîne pas de pénuries majeures en matière d’approvisionnement énergétique sur le territoire européen. A l’étranger, la forte inflation force actuellement les banques centrales à normaliser rapidement leur politique monétaire expansionniste, ce qui engendre des incertitudes supplémentaires. Pour l’instant, la Banque nationale suisse s’abstient d’adopter cette démarche, car la pression sur les prix est moins lourde dans notre pays grâce à la force du franc. Néanmoins, les taux sur le marché des capitaux augmentent également en Suisse, ce qui cause un renchérissement des conditions de financement. En comparaison à long terme, ces dernières restent toutefois plutôt attractives. Cette situation, associée à l’offre restreinte, alimentera probablement la hausse des prix immobiliers, notamment dans le segment des logements à usage propre. Toutefois, la dynamique des prix va s’affaiblir, car les exigences en matière de fonds propres et de capacité financière réduisent de plus en plus le nombre d’acheteuses et acheteurs potentiels.

    Evolution de l’activité du Groupe Raiffeisen

    Raiffeisen est bien positionnée et a profité d’une solide situation pour entamer l’année 2022. La mise en œuvre cohérente de la stratégie du Groupe «Raiffeisen 2025» doit permettre de diversifier encore davantage la base de revenu. La professionnalisation accrue des opérations de placement et de prévoyance doit notamment conduire à une nouvelle augmentation des revenus générés dans les opérations de commissions et les prestations de service l’année prochaine. L’environnement de marché restera exigeant notamment en raison de la faiblesse persistante des taux d’intérêt. Raiffeisen prévoit un léger recul du produit des opérations d’intérêts par rapport à la valeur élevée atteinte en 2021. Quant aux coûts, Raiffeisen s’attend à une hausse des charges d’exploitation en raison de la croissance de ses activités et des investissements consentis pour la mise en œuvre de la stratégie du Groupe.